top of page

Quel sera le rôle des formateurs dans le futur ?



Adieu à la posture figée du sachant qui caractérise parfois encore les formateurs d'aujourd'hui ! Demain, on attendra d'eux qu'ils jonglent avec les rôles de tuteur, de mentor et de coach.


Les nouveaux rôles des formateurs : Tuteur, mentor et coach


Les formateurs devront investir plusieurs fonctions, toutes liées à la facilitation. Cela signifie qu'ils devront faire un pas de côté et accepter de ne plus être les seuls détenteurs du savoir. Leur mission consistera à organiser la co-création de contenus et à favoriser les interactions entre les apprenants. Tel un "marieur de connaissances", ils devront faire correspondre les besoins individuels de chaque apprenant avec les différents contenus disponibles, notamment ceux proposés par leurs pairs. De plus, l'intelligence artificielle intégrée aux outils de formation viendra profondément transformer le métier de formateur en agrégeant une multitude de données sur les apprenants. Mais attention, l'IA ne viendra pas les remplacer ! Au contraire, elle permettra aux formateurs de soutenir l'apprentissage sur le long terme en favorisant la verbalisation des acquis, le renforcement des apprentissages et le soutien des efforts fournis. Grâce aux données recueillies, elle leur offrira également une meilleure compréhension des comportements des apprenants, notamment en détectant les moments où ils décrochent.


Former à l'ère de l'intelligence artificielle

Au fil des années, la formation est devenue un enjeu stratégique majeur pour les entreprises. Elles sont confrontées à l'obsolescence des compétences de leurs collaborateurs, ce qui génère des besoins importants en termes de mise à niveau et de reconversion. Alors que les nouvelles technologies perturbent de plus en plus nos pratiques professionnelles chaque année, les formations devront se concentrer davantage sur la créativité, la pensée critique, l'empathie et la pensée adaptative. Bref, elles devront développer les compétences humaines qui constituent notre valeur ajoutée et qui ne pourront pas être reproduites par une intelligence artificielle.


À mesure que l'IA impactera nos emplois, il sera essentiel de posséder des qualités relationnelles, de faire preuve de créativité, d'éthique et de savoir discerner l'information en fonction de sa véracité. Les employés de demain devront également être transdisciplinaires, c'est-à-dire avoir des compétences spécialisées dans leur domaine, ainsi que des capacités horizontales pour comprendre les enjeux des collaborateurs qui les entourent et éviter de travailler en silo.


Vers un apprentissage ultra-personnalisé grâce à l'adaptative learning

Chacun d'entre nous apprend de manière différente. Cependant, l'idée d'avoir un formateur dédié à chaque apprenant est tout simplement irréalisable. C'est là que l'adaptive learning, ou apprentissage adaptatif, entre en jeu pour résoudre en partie cette équation. Cette approche pédagogique novatrice a fait son apparition il y a une quinzaine d'années dans les universités américaines, en tirant parti des nouvelles technologies et de nos connaissances en sciences cognitives. Son objectif est de proposer une expérience d'apprentissage individualisée et évolutive, en utilisant l'intelligence artificielle.


L'adaptive learning repose sur la capacité de l'intelligence artificielle à offrir des programmes de formation adaptés au profil et au parcours de chaque apprenant, avec une personnalisation à plusieurs niveaux. Cela concerne les parcours de formation, c'est-à-dire le choix des modules et leur ordre, les contenus (y compris le niveau de difficulté) et les modalités pédagogiques.


Prenons un exemple concret : si un apprenant obtient un score peu satisfaisant lors d'une évaluation intermédiaire, la plateforme d'adaptive learning lui proposera automatiquement un module spécifique pour lui permettre de retravailler la matière en question. L'idée est de fournir un soutien ciblé et personnalisé pour aider chaque apprenant à progresser de manière efficace.


L'adaptive learning offre ainsi la possibilité d'avoir un accompagnement pédagogique individualisé, adapté aux besoins de chacun. Il permet de maximiser l'efficacité de l'apprentissage en fournissant des ressources et des activités sur mesure. Grâce à cette approche, chaque apprenant peut avancer à son propre rythme et combler ses lacunes, tout en bénéficiant d'un suivi attentif. L'adaptive learning ouvre donc de nouvelles perspectives en matière d'apprentissage en offrant une personnalisation poussée.



La co-création et l'interactivité : Missions clés des formateurs du futur

"On apprend toujours seul, mais jamais sans les autres", écrivait le professeur Philippe Carré dès 2005 dans son ouvrage "L'apprenance : vers un nouveau rapport au savoir". Cette idée, bien que pas nouvelle, reste d'actualité à une époque où les échanges humains se font principalement par le biais de canaux digitaux. La formation du futur sera marquée par une forte dimension collaborative, favorisant l'intelligence collective et les interactions entre apprenants. Les formateurs devront encourager les échanges et la co-création de connaissances, en exploitant les nouvelles technologies pour faciliter ces dynamiques de groupe.


Les formateurs du futur seront des facilitateurs agiles dans un monde en mutation

Bien que l'IA puisse apporter des innovations majeures, elle ne remplacera pas le rôle essentiel du formateur. Au contraire, elle viendra renforcer leur action en offrant de nouvelles perspectives et en libérant du temps pour se concentrer sur des aspects clés de l'apprentissage.


En résumé, les formateurs du futur seront des facilitateurs agiles, exploitant les avancées technologiques pour offrir des formations axées sur les compétences humaines, la collaboration et l'adaptabilité. Ils joueront un rôle essentiel dans la transformation des individus et des entreprises, en formant les professionnels de demain pour faire face aux défis d'un monde en constante évolution.

Comments


bottom of page